Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2022

4 mars 2022 - 21 randonneurs sur le plateau de Pujaut avec JEAN MICHEL (L).

20220304 Pujaut 4.jpg

Quelques photos de JEAN MICHEL (L), l'animateur du jour

https://photos.app.goo.gl/QThkq83AiTEiMCuJA

Après quelques mois d'hiver, notre subconscient nous suggère un ressenti de froideur puisque la météo annonce du mistral. Certes il y a du mistral, mais il n'est pas trop fort, et le plus important en fin de compte est que nous n'aurons pas cette impression de froid, puisque l'approche du printemps a remonté quelque peu les températures. De plus avec un temps ensoleillé et bien clair, randonner dans ces conditions devient un pur plaisir.

Rapidement les derniers pavillons, plutôt cossus, de Pujaut se retrouvent derrière le groupe, aucun doute sur la nature des paysages qui nous entourent désormais, c'est bien le monde viticole, un monde encore bien endormi pour l'instant mais déjà tout prêt à s'épanouir.

Un peu plus loin, par un petit sentier sinueux nous entrons dans les bois, c'est à peu près à ce moment que l'on commence à entendre des coups de feu. Les randonneurs qui n'ont jamais fréquenté cet endroit pensent à des chausseurs, pour ceux qui sont déjà venus ici la surprise est moindre car ils connaissent l'existence du Ball Trap Club Sauveterrois. Pour les profanes que nous sommes en général le rythme des tirs ne signifie rien, GIL au contraire nous donne des indications, un seul tir annonce cible atteinte du 1er coup, deux tirs rapprochés la cible a été manquée au 1er essai.

Cette activité étant bien encadrée … et encore lointaine, la randonnée peut continuer son cheminement vers le nord en toute quiétude. L'extrémité du parcours dans ce sens est marquée par une double curiosité. Sur la droite s'étend un royaume caprin, de nombreuses chèvres et quelques boucs (non avares de senteurs!) ont élu paisiblement domicile ici, nullement effarouchés de notre présence ces sympathiques animaux se laissent photographier à volonté.

Sur la gauche le minéral se fait spectacle avec cette belle singularité du Roc Trouca, ici Dame Erosion a taillé de gros blocs calcaires, le résultat le plus remarquable est la roche percée.

Ensuite l'animateur nous fait suivre l'extrémité nord du plateau, même si la surélévation n'est pas très importante, tout un enchaînement de panoramas nous permet d'admirer Roquemaure et ses tours, le Château de l'Hers et même Châteauneuf-du-Pape, à cela s'ajoute le Rhône magnifiquement bleuté sous ce généreux soleil, vallée heureuse et aimable.

Des chemins larges ainsi que des petits sentiers commencent dès lors à nous rapprocher de Pujaut par une alternance de vignes et bois.

A proximité du village, de petites maçonneries recouvertes de terre sortent légèrement du sol, à priori d'anciens positionnements de snippers allemands lors de la dernière guerre mondiale. Plus paisible à coup sûr et à proximité, la partie basse d'un moulin, une meule y est visible à l'intérieur.

L'extrémité sud du plateau nous offre de derniers beaux panoramas, mais notre admiration va surtout à la resplendissante Vierge de Pujaut (resublimée en 2014), un joyau que le soleil rend encore plus éclatant, quelle délicate touche finale à cette randonnée.

Revenus aux voitures, les randonneurs ne manquent pas de remercier l'animateur (et narrateur), animateur qui ne manque pas d'indiquer que ce parcours est en réalité un raccourci d'une randonnée de CHRISTINE. CHRISTINE toujours en convalescence, nous lui souhaitons un bon rétablissement et l'embrassons. Toutes nos amitiés à ANITA et HELENE également à l'arrêt. Alors félicitons sans retenue notre ami JEAN MICHEL (F) qui est sorti de "l'infirmerie arpoïque".

zz JMLWM arial vert.jpg

 

Autres : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pujaut_(Gard)

http://www.le-gard-provencal.com/villages/pujaut.html