UA-165579653-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2020

09/10/2020 - De Marguerit aux Béziers, GUY donne le sourire à la Rando-douce en forêt de Mornas.

20201009 Sans titre 1.jpg

Le merveilleux conte photographique de JACQUELINE

https://photos.app.goo.gl/yvkghFWLB85SDGPf8

Autres photos de MARIE-FREDERIQUE

https://photos.app.goo.gl/RMVs2tHvp3qocikk9

Et maintenant le conte "écrit" de JACQUELINE.

24 randonneurs ont suivi Guy qui menait la rando douce à proximité d’ORANGE.

Guy nous a déjà fait parvenir au départ de la randonnée non par la nationale mais nous a fait découvrir des départementales tortueuses. Un long convoi a sillonné ces routes bordées de maisons plus grandes et plus belles l’une que l’autre, et à destination le parking était déjà dans les bois évitant la traversée à pied de MORNAS.

Dès le départ, Guy nous fait gravir une belle montée qui surprend un peu les nouveaux venus non habitués à la randonnée. Mai Guy sait tout de suite déceler les possibilités de ses suiveurs qui ont été ravis de leur exploit, c’était le premier dénivelé qu’ils gravissaient.

Compte tenu du nombre de randonneurs, Guy a été aidé par Marie-Frédérique et Cathy qui ont permis de faire 2 groupes qui se sont suivis à vue

Tout au long de la sortie, Guy est toujours en éveil pour nous dispenser ses connaissances intarissables des lieux. La majorité des randonneurs l’écoutent religieusement.

Sous une température clémente, nous cheminons gaiement et profitons pleinement du bon air. Les sentiers forestiers sont larges faciles et aident à la convivialité tout en gardant respectueusement les distances. Le thym est abondant et des randonneuses prudentes, munies de ciseaux, ne manquent pas d’en faire provision pour des tisanes cet hiver. Une agréable odeur fleure bon nos narines.

Tout en cheminant nous longeons une longue plantation de chênes truffiers fort bien taillés et à l’alignement impeccable.  La récolte a-t-elle été bonne ? Nous n’en savons rien, mais avec la sécheresse de ces dernières années la truffe, cet or noir, se fait plus rare.

Et Guy bifurque et nous fait la surprise d’emprunter un joli et étroit sentier sablonneux traversant la forêt. Il nous apprend qu’une carrière de sable a longtemps été exploitée. Bien sûr nous lui demandons de nous y mener et les nouveaux randonneurs tombent sous le charme de cet endroit magique. Confiants, malgré le manque de lumière, ils suivent Guy à l’intérieur et dans ce dédale de galeries y découvre même une vieille voiture. C’est avec plaisir que nous nous attardons dans cette carrière dont l’exploitation a maintenant cessé.

Nous reprenons gentiment notre chemin. A certains endroits le sol est d’un ocre presque rouge se détachant joliment du vert de la forêt pour le plaisir des yeux. La bruyère en cette saison est à son apogée. Bien sûr les sangliers sont importants dans ces bois et les abords des sentiers sont facilement labourés grâce au tendre sol sablonneux.

Guy est à son aise et au gré de ses envies du moment il nous fit emprunter un labyrinthe de sentiers. Nous nous régalons et profitons pleinement de cette douce randonnée. Pour finir Cathy nous fait faire quelques étirements afin de nous éviter l’arrivée de toute courbature.

Un grand et chaleureux merci tout d’abord à GUY, et à ses deux aides Marie-Frédérique et Cathy qui ont permis le respect des directives COVID.  

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.