Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2020

14/02/2020 DERBOUX - MARIE-FREDERIQUE et CATHY nous surprennent

20200214.JPG

Sous l'objectif de GUY

https://photos.app.goo.gl/kkZ7E9dtfCchfrzg8

C'est un peu au-delà de Derboux que MARIE-FREDERIQUE nous a convié à cette randonnée du vendredi. Certes, le ciel se montre bien bleu et la température relativement clémente, mais le vent peut apporter une relative sensation de fraîcheur. Fort heureusement MARIE-FREDERIQUE a bien anticipé ce petit problème, la colline de St-Ariès où nous allons évoluer est entièrement boisée, ainsi le vent ne nous gênera que très peu.

Les premiers kilomètres se font sous la conduite de CATHY qui une fois de plus s'exerce à nous mener … avec succès. Sachant qu'aujourd'hui le dénivelé n'est pas très important, les quelques sentiers en pente se gravissent sans aucune difficulté.

Toujours très attentif, notre photographe GUY ne laisse pas surprendre et profite de la moindre trouée dans la végétation, résultat la Chapelle Ste-Blaise et la tour ruinée de Bauzon à son actif. La nature tortueuse de quelques arbres ne lui échappe pas non plus.

Rapidement, l'étrange appellation du circuit "lou sablas" s'explique et prend tout son sens, le sol est de plus en plus sableux. MARIE-FREDERIQUE ne tarde à enrichir nos connaissances avec un petit cours de géologie. Dans des temps très anciens, des roches se sont érodées en donnant des sables, sables qui emportés par les cours d'eau se sont déposés au fond des mers par sédimentation, les couches sédimentaires de sable de plus en plus épaisses se sont "cimentées" par compression, devenant des grés. Passons les étapes tectoniques, ces grés arrivés à l'air libre s'érodent et en se désagrégeant donnent les sables … que nous foulons aujourd'hui. Et le cycle sable-grés va recommencer à l'infini.

Après avoir parcouru le Ravin du Sablas (le bien-nommé), un quasi demi-tour va nous faire remonter légèrement, quelques débris rouges apparaissent au sol, c'est alors que notre ami DEDE très connaisseur des lieux nous donne des explications : dans ce secteur existait une ancienne briqueterie pour laquelle "notre" sable était bien utile. A l'appui de ses dires, DEDE découvre même sur le chemin une vieille brique réfractaire avec l'appellation VALABREGUE.

Voilà comment, une balade au charme bucolique déjà fort plaisante s'agrémente d'un cours de géologie et d'histoire industrielle.

Peu à peu, nous nous rapprochons de Derboux, toutefois sans y arriver puisque MARIE-FREDERIQUE met cap au nord. Le terme de ces neuf remarquables kilomètres est le retour aux voitures.

Un grand merci à toi MARIE-FREDERIQUE, ainsi qu'à CATHY, pour ce joli vendredi après-midi.  

20200214 DD.jpg

La brique Valabrègue de Dédé.jpg

 

Écrire un commentaire